Diplomacy as hypocrisy: The Biya system in Rome and at the Vatican / Diplomatie comme hypocrisie : Le systeme Biya à Rome et au Vatican

One of the main focuses of the CIHA Blog is to highlight the work, roles, and voices of religious actors in Africa (Christian, Muslim, African/Traditional, etc.). This includes giving space to religious voices as well as critiquing them. In this post, Father Ludovic Lado, a Jesuit priest from Cameroon who teaches in Cote d’Ivoire, speaks truth to power regarding the recent visit of Cameroonian President Paul Biya to Italy and the Vatican. We applaud Fr. Lado’s analysis and courage. Fr. Lado’s original French version is below and was first posted at Cameroon-Info.Net.

by Fr. Ludovic Lado

Writing this text is for me a Lenten practice, an act of penitence for my people’s cause. I write in a hotel room in Rome, where I traveled in response to an invitation to an international scientific conference. But I was distracted by a curious coincidence: the state visit of Cameroon’s President Paul Biya on the same dates. Such a visit is technically called diplomacy. I learned that, in the course of this visit, President Biya received the gold medal of the Italian University Rectors’ Conference, during a ceremony in which Biya was lauded for his “great achievements” in promoting culture and higher education in Cameroon. But in fact, what is the state of higher education in Cameroon? And why has Italy become the premier western destination for Cameroonian students? It is precisely because our universities are not doing well. In distinguishing between the person and the office of the president of Cameroon, I wondered whether the Italian university officials spoke of the real Cameroon or simply read a speech prepared for them. Addressing Italian investors, one heard President Biya joke about his more than 30 years in power. Better to laugh than cry! Let us not forget that political power is a question of life and death for our peoples. And western economic interests make a mockery of democracy and human rights in Africa. It is too bad that some continue to count on western leaders to help them find the path to liberty.

How should we explain that this is a troubled time in the history of Cameroon, in which the Biya system is shamefully repressing the Anglophone resistance to Francophone assimilation, erasing all forms of dissent while Italian officials, hungry for investments, choose to treat President Biya as a hero of culture and higher education? Who is mocking whom in the end? Of course it is the poor Cameroonians who are daily victims of the political economy of violence that supports the world economy. This diplomacy, punctuated by compromises and silences of complicity and guilt are nourished by blood, like the genocide in the eastern DRC or the human dignity sacrificed on the altar of the economic interests of multinational companies in neighboring countries. Such hypocritical diplomacy makes the global political and economic order a veritable structure of sin according to the social teachings of the Church. Have the Italian officials forgotten the Lampedusa drama? And if they have not forgotten it, do they ignore the fact that it is the mediocre regimes like that of Mr. Biya that push their young people to emigrate in dangerous conditions across deserts and seas? Under these circumstances, a diplomacy of complacency is a diplomacy of complicity.

When I learned that President Biya would be received by the Pope, the head of the Catholic Church, I couldn’t help but think of the dialogue between Jesus and Pontius Pilate during the Passion. Jesus told Pilate, “I came into the world to attest to the truth. Whoever is of the truth listens to my voice.” Pilate asked, “What is the truth?” (John 18: 37-38). I ask myself whether the dialogue between the Pope and President Biya will center on the truth, that which would liberate Mr. Biya and his people (John 8: 32). I wonder whether the Vatican diplomacy with its network of apostolic delegates serves this truth, to which the Church must witness, the body of Christ, during good times and bad. What do the nuncios say to the Pope about our heads of state, who smile at the Vatican while trampling on human rights, public freedoms and human dignity in their own countries? It depends on these apostolic delegates, the ambassadors of the Vatican in our countries. Unfortunately, these nuncios have the unlucky job of maintaining good diplomatic relations with the State, which is good for the mission of the Church; paradoxically, though, this sometimes comes at the price of its prophetic role. That is also called diplomacy and I often wonder what it has to do with the Gospel, serving justice, and the truth of these times. I hear that it is up to the local churches and not the apostolic delegate who is usually a foreigner, to assume such a prophetic role vis-à-vis the political insanity that is costing thousands of lives in our countries. But bishops and priests are themselves afraid of Pontius Pilate’s reprisals. So the Church is ensconced, in the name of diplomacy, in a system based on hypocrisy, one that masks the truth and feeds on human lives. I dream of the day when my Church will distance itself from this diplomacy of complacency that harms the poor. May the time come when every head of State who goes to meet the Pope, and every bishop or priest fears hearing the prophetic message of John the Baptist to Herod, “You do not have the right to take the wife of your brother” (Matthew 14: 4). We know that John the Baptist ended up in prison where he was beheaded. The Church does not have the right to silence the truth through fear of persecution.

By way of conclusion, I dare to believe, but without giving into illusions, that the reader of goodwill will understand that the crux of my dissent is not Mr. Biya as a person, but rather the unhealthy political system that he represents, and that has caused suffering to so many of my compatriots for decades. It is this well-oiled system that every Christian has the obligation to subvert until the point of delivery to the scribes of Pontius Pilate, to suffer and die like the Savior. Isn’t it better to die from love for the truth rather than from malaria? I do not fear because Easter is near! Thus begins my own writing of a return to my village of origin.


Rédiger ce texte est pour moi un effort de carême, un acte de pénitence pour la cause de mon peuple. Au moment où j’écris ces lignes, je suis assis dans une chambre d’hôtel à Rome, répondant à l’invitation d’une université pour une activité scientifique, un colloque international. En marge de cette conférence, je me suis laissé distraire par une curieuse coïncidence, notamment la visite d’Etat du Président Paul Biya en Italie aux mêmes dates. On appelle cela diplomatie dans le langage technique.

J’apprends qu’au cours de cette visite, le président Biya a reçu la médaille d’or de la Conférence des Recteurs des Universités italiennes (CRUI) au cours d’une cérémonie arrosée d’un discours très élogieux sur ses « grandes réalisations » en faveur de la culture et de l’enseignement supérieur au Cameroun. Au fait quel est l’état de l’enseignement supérieur au Cameroun ? Pourquoi l’Italie est-elle devenue la première destination occidentale des étudiants camerounais ? Justement parce que nos universités ne se portent pas bien. Qu’honore-t-on au fait ? La médiocrité ou l’excellence ? En les entendant encenser les réalisations de mon Président (je distingue bien la personne de la fonction), je me suis alors demandé si les universitaires italiens parlaient vraiment du Cameroun ou lisaient un discours qu’on a écrit pour eux et pour la circonstance ? S’adressant aux investisseurs Italiens, on a entendu le président Biya blaguer, amusant au passage la galerie de ses auditeurs italiens, sur ses plus de trente ans de longévité au pouvoir, un peu comme si c’était un exploit. Oui, mieux vaut en rire pour ne pas pleurer ! N’oublions pas que le pouvoir politique est une question de vie ou de mort pour nos peuples. Mais au fond les intérêts économiques occidentaux se moquent de la démocratie et des droits de l’homme en Afrique. Tant pis pour ceux qui ne l’ont pas encore compris et continuent à compter sur les chancelleries occidentales pour les aider à trouver le chemin de la liberté.

Comment expliquer que c’est à un moment aussi trouble de l’histoire du Cameroun où le système Biya réprime honteusement la résistance anglophone à l’assimilation francophone, écrase toute forme de dissidence et piétine les libertés publiques que les gouvernants italiens, assoiffés d’investissements, ont choisi de faire du président Biya un héros de la culture et de l’enseignement supérieur? De qui se moque-t-on finalement ? Bien sûr de ces millions de pauvres Camerounais victimes au quotidien de l’économie politique de la violence qui alimente l’économie mondiale. Cette diplomatie de l’hypocrisie ponctuée de compromissions et de silences complices et coupables se nourrit du sang humain comme on peut le voir avec le génocide en cour dans l’est de la RDC où la dignité humaine est honteusement sacrifiée sur l’autel des intérêts économiques des multinationales et de quelques pays voisins. Cette diplomatie de l’hypocrisie fait de l’ordre politique et économique mondial une vraie structure de péché au sens où l’entend l’enseignement social de l’Eglise. Les gouvernants italiens ont-ils oublié le drame de Lampedusa ? Et s’ils ne l’ont pas oublié, ignorent-ils que ce sont des régimes médiocres comme ceux de Mr Biya qui poussent les jeunes à l’aventure migratoire à travers les déserts et les mers ? Dans ces circonstances, une diplomatie de complaisance est une diplomatie de complicité.

Toujours de ma chambre à Rome, quand j’apprends que le Président Biya sera reçu par le Pape François, le chef de l’Eglise catholique, je ne peux m’empêcher de penser au dialogue entre Jésus et Pilate au cours de sa passion. Jésus qui dit à Pilate : « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. Pilate lui dit: Qu’est-ce que la vérité? » (Jn 18, 37-38). Je me suis alors demandé si le dialogue entre le Président Biya et le Pape sera centré sur la vérité, celle-là qui libérera Mr Biya et son peuple (Jn 8, 32). Je me suis demandé si la diplomatie vaticane avec son réseau de nonciatures est au service de cette vérité dont doit témoigner l’Eglise, corps du Christ, à temps et à contretemps. Que disent les nonces au Pape sur nos chefs d’Etat qui vont lui sourire au Vatican alors que dans leurs pays ils piétinent les droits de l’homme, les libertés publiques, et la dignité humaine ? Quand le Pape reçoit un chef d’Etat comme Mr Biya qui a 84 ans, est au pouvoir depuis près de 35 ans, garde le silence sur la fin de son règne, piétine les libertés publiques et démocratiques dans son pays, qu’est-ce qu’il lui dit ? Il dépend bien sûr en cela des nonces apostoliques, les ambassadeurs du Vatican dans nos pays. Malheureusement les nonces ont l’ingrat boulot de faire le maximum pour préserver les bonnes relations diplomatiques avec l’Etat, lesquelles seraient utiles pour la mission de l’Eglise ; paradoxalement, cela se fait parfois au prix de son rôle prophétique. On appelle aussi cela diplomatie et je me demande souvent ce que cela a à voir avec l’évangile, le service de la justice et de la vérité à temps et à contretemps. On me dira qu’il revient aux églises locales, et non au nonce qui est souvent un étranger, d’assumer ce rôle prophétique par rapport à l’insanité politique de nos pays qui coûte la vie à des milliers de personnes. Mais que d’évêques et de prêtres ont eux aussi peur des représailles de Ponce Pilate.

Voilà donc l’Eglise prise, au nom de la diplomatie, dans un système dont l’essence même est l’hypocrisie, ce jeu de masques et d’images qui fait ombrage à la vérité et se nourrit de vies humaines. Je rêve du jour où mon église se distanciera davantage de cette diplomatie de complaisance qui fait du mal aux pauvres. Qu’advienne ce temps où tout chef d’Etat qui va à la rencontre du Pape, d’un évêque ou d’un prêtre craigne d’entendre le message prophétique de Jean Baptiste sur les droits de l’homme : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère » disait Jean Baptiste à Hérode (Mt 14, 4). On sait que Jean Baptiste a fini en prison et ensuite a été décapité. L’église n’a pas le droit de taire la vérité par peur de la persécution.

Pour terminer, j’ose croire, mais sans me faire aucune illusion, qu’un lecteur bienveillant n’aura pas du mal à comprendre que la cible de ma dissidence n’est pas Mr Biya comme personne mais le système politique malsain qu’il représente et qui fait souffrir tant de mes compatriotes depuis des décennies. C’est ce système organiquement bien huilé que tout chrétien a le devoir de subvertir quitte à être livré par les grands prêtres et les scribes à Ponce-Pilate pour souffrir et mourir comme le Maître. Il vaut mieux mourir par amour pour la vérité et la justice que de paludisme? Je m’expose au déchainement de l’enfer mais je ne me fais aucun souci parce que Pâques est proche ! Ainsi peut commencer l’écriture de mon cahier d’un retour au village natal.

Be the first to comment

Leave a Reply